Dictionnaires étymologiques:
http://www.cnrtl.fr/etymologie/
http://micmap.org/dicfro/search/dictionnaire-godefroy/

1. En nom de Dieu le tout puissant, je Jehans sires de Joinville, seneschaus de Champaigne, faiz escrire la vie nostre saint roy Looys, ce que je vi et oy par l’espace de sis anz que je fu en sa compaignie ou pelerinage d’outre mer, et puis que nous revenimes. Et avant que je vous conte de ses grans faiz et de sa chevalerie, vous conterai-je ce que je vi et oy de ses saintes paroles et de ses bons enseignemens, pour ce qu’il soient trouvé li uns après l’autre pour édifier ceus qui les orront.
2. Cil sainz hom ama Dieu de tout son cuer et ensuivi ses œuvres; et y apparut en ce que, aussi comme Dieus morut pour l’amour que il avoit en son peuple, mist-il son cors en avanture par plusieurs fois pour l’amour que il avoit à son peuple; et s’en fust bien soufers, se il vousist, si comme vous orrez ci-après.
3. La grans amours qu’il avoit à son peuple parut à ce qu’il dist à mon signour Looys, son aisné fil, en une mout grant maladie que il ot à Fonteinne-Bliauz: «Baus fiz, fist il, je te pri que tu te faces amer au peuple de ton royaume; car vraiement je ameroie mieus que uns Escoz venist d’Escosse et gouvernast le peuple du royaume bien et loyaument, que que tu le gouvernasses mal apertement.» Li sainz roys ama tant verité que neis aus Sarrazins ne vout-il pas mentir de ce que il lour avoit en convenant, si comme vous orrez ci-après.
4. De la bouche fu-il si sobres que onques jour de ma vie je ne li oy devisier nulles viandes, aussi comme maint riche home font; ainçois manjoit pacientment ce que ses queus li appareilloit et metoit on devant li. En ses paroles fu il attrempez; car oncques jour de ma vie je ne li oy mal dire de nullui. Ne onques ne li oy nommer le dyable, liquels noms est bien espandus par le royaume: ce que je croy qui ne plait mie à Dieu.
5. Son vin trempoit par mesure, selonc ce qu’il véoit que li vins le povoit soufrir. Il me demanda en Cypre pourquoy je ne metoie de l’yaue en mon vin; et je li diz que ce me fesoient li phisiciens, qui me disoient que j’avoie une grosse teste et une froide fourcelle, et que je n’en avoie povoir de m’enyvrer. Et il me dist que il me decevoient; car se je ne l’apprenoie en ma joenesce et je le vouloie temprer en ma vieillesce, les gouttes et les maladies de fourcelle me prendroient, que jamais n’avroie santé; et se je bevoie le vin tout pur en ma vieillesce, je m’enyvreroie touz les soirs; et ce estoit trop laide chose de vaillant home de soy enivrer.
6. Il me demanda si je vouloie estre honorez en ce siècle et avoir paradis à la mort; et je li dis oyl. Et il me dist: «Donques vous gardez que vous ne faites ne ne dites à votre escient nulle riens que, se touz li monde le savoit, que vous ne peussiez congnoistre: Je ai ce fait, je ai ce dit.» Il me dist que je me gardasse que je ne desmentisse ne ne desdeisse nullui de ce que il diroit devant moy, puis que je n’i avroie ne pechié ne doumaige au souffrir, pour ce que des dures paroles meuvent les mellées dont mil home sont mort.
7. Il disoit que l’on devoit son cors vestir et armer en tel manière que li preudome de cest siècle ne deisse que il en feist trop, ne que li joene home ne deissent que il feist peu. Et ceste chose ramenti-je le pere le roy qui orendroit est, pour les cotes brodées à armer que on fait hui el jour; et li disoie queonques en la voie d’outre mer là où je fu, je n’i vi cottes brodées, ne les le roy ne les autrui. Et il me dist qu’il avoit tels atours brodez de ses armes qui li avoient cousté huit cenz livres de parisis. Et je li diz que il les eust mieus emploiés se il les eust donnez pour Dieu, et est fait ses atours de boncendal enforcié de ses armes, si comme ses pères faisoit.
8. Il ama tant toutes manières de gens qui Dieu créoient et amoient, que il donna la connestablie de France à mon signour Gille le Brun (qui n’estoit pas dou royaume de France), pour ce qu’il estoit de grant renommée de croire Dieu et amer. Et je croy vraiment que tels fu il. Maistre Robert de Sorbon, pour la grant renommée que il avoit d’estre preudome, il le faisoit mangier à sa table. Un jour advint que il manjoit delez moy, et devisions li uns à l’autre. Et nous reprist et dist «Parlés haut, fist-il, car vostre compaignon cuident que vous mesdisiés d’eus. Se vous parlés, au mangier, de chose qui nous doie plaire, si dites haut; ou se ce non, si vous taisiés.»
9. Li sainz roys fu à Corbeil à une Penthecouste, là où il ot quatre-vins chevaliers. Li roys descendi après mangier ou prael, desouz la chapelle, et parloit à l’uys de la porte au conte de Bretaigne, le pere au duc qui ores est, que Dieu gart! Là me vint querre maistres Roberz de Sorbon, et me prist par le cor de mon mantel, et me mena au roy; et tuit li autre chevalier vindrent après nous. Lors demandai je àmaistre Robert: «Maistre Roberz, que me voulez-vous?» Et me dist: «Je vous veil demander se li roys se seoit en cest prael, et vous vous aliez seoir sur son banc plus haut que li, se on vous en devroit bien blasmer.» Et je li diz que oil.
10. Et il me dist: «Dont faites vous bien à blasmer, quant vous estes plus noblement vestus que li roys; car vous vous vestez de vair et de vert, ce que li roys ne fait pas.» Et je li diz: «Maistre Roberz, sauve vostre grace, je ne faiz mie à blasmer se je me vest de vert et de vair; car cest abit me laissa mes pères et ma mère. Mais vous faites à blasmer; car vous estes fiz de vilain et de vilainne, et avez lessié l’abit vostre père et vostre mère, et estes vestus de plus riche camelin que li roys n’est.» Et lors je pris le pan de son seurcot et dou seurcot le roy, et li diz: «Or esgardez si je di voir.» Et lors li roys emprist à deffendre maistre Robert de paroles, de tout son povoir.
11. Après ces choses, mes sires li roys apela mon signour Phelippe son fil, le père au roy qui ore est, et le roi Tybaut, et s’asit à l’uys de son oratoir, et mist la main à terre, et dist: «Séez-vous ci, bien près de moy, pour ce que on ne nous oie. — Ha! sire, firent-il, nous ne nous oserions asseoir si prè de vous.» Et il me dist: «Seneschaus, séez-vous ci.» Et si fiz je, si près de li que ma robe touchoit à la seue. Et il les fist asseoir après moy, et leur dist: «Grant mal apert avez fait, quant vous este mi fil, et n’avez fait au premier coup tout ce que je vous ai commandé, et gardés que il ne vous avieigne jamais.» Et il dirent que non feroient il.
12. Et lors me dist que il nous avoit appeléz pour li confesser à moy de ce que à tort avoit deffendu maistre Robert encontre moy. «Mais, fist il, je le vi si esbahi que il avoit bien mestier que je li aidasse. Et toutes voiz ne vous tenez pas à chose que je deisse pour maistre Robert deffendre; car, aussi comme li seneschaus dist, vous vous devez bien vestir et nettement, pour ce que vos femmes vous en ameront mieus, et vostre gent vous en priseront plus. Car, ce dit li saiges, on se doit assemer en robes et en armes en tel manière que li preudome de cest siècle ne dient que on en face trop, ne les joenes gens de cest siècle ne dient que on en face peu.»
13. Li sainz roys se esforça de tout son povoir, par ses paroles, de moy faire croire fermement en la loi crestienne que Dieus nous a donnée, aussi comme vous orrez ci-après. Il disoit que nous devions croire si fermement les articles de la foy que, pour mort ne pour meschief qui avenist au cors, que nous n’aions nulle volenté d’aler encontre par parole ne par fait. Et disoit que li ennemis est si soutilz que, quant les gens se meurent, il se travaille tant comme il puet que il les puisse faire mourir en aucune doutance des poins de la foy; car il voit que les bones œuvres que li hom a faites, ne li puet il tollir; et voit aussi que il l’a perdu se il meurt en vraie foy.
14. Et pour ce, se doit on garder et en tel manière deffendre de cest agait que on die à l’ennemi, quant il envoie tele temptacion: «Va-t’en! doit-on dire à l’ennemi; tu ne me tempteras jà à ce que je ne croie fermement touz les articles de la foy; mais se tu me fesoies touz les membres tranchier, si vueil je vivre et morir en cesti point.» Et qui ainsi le fait, il vaint l’ennemi de son baston et de s’espée, dont li ennemis le vouloit occirre.
15. Il disoit que foy et créance estoit une chose où nous devions bien croire fermement, encore n’en fussions-nous certein mais que par oïr dire. Sur ce point, il me fist une demande: comment mes pères avoit nom? Et je li diz que il avoit nom Symon. Et il me dist comment je le savoie? Et je li diz que je en cuidoie estre certeins et le creoie fermement, pour ce que ma mère le m’avoit tesmoingnié. Lors il me dist: «Donc devez-vous croire fermement tous les articles de la foy, lesquels li apostre tesmoingnent, aussi commes vous oez chanter au dymanche en la Credo.»
16. Il me dist que li évesques Guillaume de Paris li avoit conté que uns grans maistres de divinité estoit venus à li, et li avoit dit que il voloit parler à li. Et il li dist: «Maistre, dites vostre volenté.» Et quant li maistre cuidoit parler à l’évesque, si commença à plorer trop fort. Et li évesques li dist: «Maistre, dites, ne vous desconfortés pas; car nulz ne puet tant pechier que Dieus ne puet plus pardonner. — Et je vous di, sire, dit li maistres, je n’en puis mais se je pleur; car je cuit estre mescréans, pour ce que je ne suis mon cuer ahurter à ce que je croie au sacrement de l’autel, ainsi comme sainte Esglise l’enseigne; et si sai bien que ce est des temptacions l’ennemi.
17. — Maistre, fist li évesques, or me dites, quant li ennemis vous envoie ceste temptacion, se elle vous plait.» Et li maistres dist: «Sire, mais m’ennuie tant comme il me puet ennuier. — Or vous demant je, fist li évesques, se vous prendriés ne or ne argent par quoy vous regeissiez de vostre bouche nulle riens qui fust contre le sacrement de l’autel, ne contre les autres sains sacremens de l’Esglise. — Je, sire, fist li maistres, sachiez que il n’est nulle riens ou monde que j’en preisse; ainçois ameroie mieus que on m’arachast touz les membres dou cors, que je le regeisse.»
18. Li gouvernemenz de sa terre fu tels que touz les jours il ooit à note ses heures, et une messe de Requiem sanz note, et puis la messe dou jour ou dou saint, se il y cheoit, à note. Touz les jours il se reposoit, après mangier, en son lit; et quant il avoit dormi et reposé, si disoit en sa chambre privéement l’office des mors, entre li et un de ses chapelains, avant qu’il oist ses vespres. Le soir, ooit ses complies.
19. Uns cordeliers vint à li au chastel de Yères, là où nous descendimes de mer; et pour enseignier le roy, dist en son sermon que il avoit leu la Bible et les livres qui parlent des princes mescréans; et disoit que il ne trouvoit, ne es créans ne es mescréans, que onques royaumes se perdist ne chanjast de seigneurie à autre, mais que par défaute de droit. «Or se preigne garde, fist-il, li roys qui s’en va en France, que il face bon droit et hastif à son peuple, par quoy Nostre Sires li souffre son royaume à tenir en paix tout le cours de sa vie.» On dit que cis preudom, qui ce enseignoit le roy, gist à Marseille, là où Nostre Sires fait pour li maint bel miracle. Et ne vout onques demourer avec le roy, pour prière que il li seust faire, que une seule journée.