Aucassins et Nicolete

Aucassins fu mis en prison, si come vos avés oï et entendu, et nicolete fu d’autre part en le canbre. Ce fu el tans d’esté, el mois de mai que li jor sont caut, lonc et cler, et les nuis coies et series. nicolete jut une nuit en son lit, si vit la lune luire cler par une fenestre et si oï le lorseilnol canter en garding, se li sovint d’aucassin sen ami qu’ele tant amoit.

Aucassins et Nicolete II

codice

Aucassins ala par le forest de voie en voie, et li destriers l’en porta grant aleüre. Ne quidiés mie que les ronces et les espines l’esparnaiscent! Nenil niënt; ains li desronpent ses dras qu’a painnes peüst on nouer desus el plus entier, et que li sans li isci des bras et des costés et des ganbes en quarante lius u en trente, qu’aprés le vallet peüst on suïr le trace du sanc qui caoit
sor l’erbe. Mais il pensa tant a Nicolete sa douce amie qu’il ne sentoit ne mal ne dolor. Et ala tote jor parmi le forest si faitment que onques n’oï noveles de li. Et quant il vit que li vespres aproçoit, si comença a plorer por çou qu’il
ne le trovoit. Tote une viés voie herbeuse cevaucoit, s’esgarda devant lui en mi le voie si vit un vallet tel con je vos dirai. Grans estoit et mervellex et lais et hidex; il avoit une grande hure plus noire q’une carbouclée, et avoit plus de planne paume entre deus ex, et avoit unes grandes joes, et un grandisme nés plat, et unes grans narines lées, et unes grosses lévres plus rouges d’une carbounée, et uns grans dens gaunes et lais ; et estoit cauciés d’uns housiax et d’uns sollers de buef fretés de tille dusque deseure le genol; et estoit afulés d’une cape a deus envers; si estoit apoiiés sor une grande maçue.

François Villon – Ballade des pendus

François_Villon_le_Testament__la_Ballade_des_pendus

Frères humains qui après nous vivez
N’ayez les cœurs contre nous endurcis,
Car, se pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tost de vous merciz.
Vous nous voyez cy attachez cinq, six
Quant de la chair, que trop avons nourrie,
Elle est pieça devoree et pourrie,
Et nous les os, devenons cendre et pouldre.
De nostre mal personne ne s’en rie :
Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre!

Se frères vous clamons, pas n’en devez
Avoir desdain, quoy que fusmes occiz
Par justice. Toutesfois, vous savez
Que tous hommes n’ont pas bon sens rassiz;
Excusez nous, puis que sommes transis,
Envers le filz de la Vierge Marie,
Que sa grâce ne soit pour nous tarie,
Nous préservant de l’infernale fouldre.
Nous sommes mors, ame ne nous harie;
Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre!

La pluye nous a débuez et lavez,
Et le soleil desséchez et noirciz:
Pies, corbeaulx nous ont les yeulx cavez
Et arraché la barbe et les sourciz.
Jamais nul temps nous ne sommes assis;
Puis ça, puis la, comme le vent varie,
A son plaisir sans cesser nous charie,
Plus becquetez d’oiseaulx que dez à couldre.
Ne soyez donc de nostre confrarie;
Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre!

Prince Jhesus, qui sur tous a maistrie,
Garde qu’Enfer n’ait de nous seigneurie :
A luy n’avons que faire ne que souldre.
Hommes, icy n’a point de mocquerie;
Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre.

Les Serments de Strasbourg


Pro Deo amur et pro christian poblo et nostro commun salvament, d’ist di in avant, in quant Deus savir et podir me dunat, si salvarai eo cist meon fradre Karlo et in aiudha et in cadhuna cosa, si cum om per dreit son fradra salvar dift, in o quid il mi altresi fazet, et ab Ludher nul plaid nunquam prindrai, qui meon vol cist meon fradre Karle in damno sit.


Sequence de Sainte Eulalie:

1. Buona pulcelle fut Eulalia ;
2. Bel avret corps, bellezour anima.
3. Voldrent la veintre li Deo inimi ;
4. Voldrent la faire diavle servir.
5. Elle non eskoltet les mals conselliers,
6. qu’elle Deo raniet chi maent sus en ciel.
7. Ne por or ned argent ne paramenz,
8. Por manatce, regiel, ne preiement,
9. Neule cose non la povret omque pleier
10. La polle sempre non amast lo Deo menestier ;
11. Et por o fut presentede Maximiien,
12. Chi rex eret a cels dis sovre pagiens .
13. El li enortet, dont lei nonq chielt,
14. Qued elle fuiet lo nom chritiien.
15.Ell’ ent adunet lo suon element.
16. Melz sostiendreiet les empedemetz
17. Qu’elle perdese sa virginitet.
18. Por o s’furet morte a grand honestet.
19. Enz en l’fou la getterent, com arde tost.
20. Elle colpes non avret, por o no s’coist.
21. Aczo no s’voldret condreidre li rex pagiens ;
22. Ad une spede li roveret tolir lo chief.
23. La domnizelle celle kose non contredist,
24. Volt lo seule lazsier, si ruovet Krist.
25. In figure de colomb volat a ciel.
26. Tuit oram que por nos degnet preier,
27. Qued avuiset de nos Christus mercit
28. Post la mort, et a lui nos laist venir
29. Par souue clementia.

Jehans de Joinville
Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


La grans amours qu’il avoit à son peuple parut à ce qu’il dist à mon signour Looys, son aisné fil, en une mout grant maladie que il ot à Fonteinne-Bliauz: «Baus fiz, fist il, je te pri que tu te faces amer au peuple de ton royaume; car vraiement je ameroie mieus que uns Escoz venist d’Escosse et gouvernast le peuple du royaume bien et loyaument, que que tu le gouvernasses mal apertement.» Li sainz roys ama tant verité que neis aus Sarrazins ne vout-il pas mentir de ce que il lour avoit en convenant, si comme vous orrez ci-après.

Tristan et Yseut  (fragment)

Tristrans en est dolenz e las,
Sovent se plaint, sovent suspire
Pur Ysolt que tant desire,
Plure des oils, sun cors detuert,
A poi que del desir ne muert.
En cel anguisse, en cel ennui
Vent sa femme Ysolt devant lui.
Purpensee de grant engin,
Dit : « Amis, or vent Kaherdin.
Sa nef ai veüe en la mer,
A grant peine l’ai veu sigler;
Nequedent jo l’ai si veüe
Que pur la sue l’ai coneüe.
Deus duinst que tel novele aport
Dunt vus al quer aiez confort ! »
Tristran tresalt de la novele,
Dit a Ysolt : « Amie bele,
Savez pur veir que c’est sa nef ?
Or me dites quel est le tref. »
Ço dit Ysolt : « Jol sai pur veir.
Sachez que le sigle est tut neir.
Trait l’unt amunt e levé halt
Pur ço que li venz lur falt. »
Dunt a Tristran si grant dolur
Unques n’out, ne avrad maür,
E turne sei vers la parei,
Dunc dit : « Deus salt Ysolt e mei !
Quant a moi ne volez venir,
Pur vostre amur m’estuet murrir.
Jo ne puis plus tenir ma vie;
Pur vus muer, Ysolt, bele amie.
N’avez pité de ma langur,
Mais de ma mort avrez dolur.
Ço m’est, amie, grant confort
Que pité avrez de ma mort. »
« Amie Ysolt » treis feiz dit,
A la quarte rent l’espirit.

 

La Chanson de Rollant 

 

 

Li quens Rollant se jut desuz un pin;
Envers Espaigne en ad turnet sun vis.
De plusurs choses a remembrer li prist:
De tantes teres cum li bers conquist,
De dulce France, des humes de sun lign,
De Carlemagne, sun seignor, kil nurrit.
Ne poet muer n’en plurt e ne suspirt.
Mais lui meďsme ne volt mettre en ubli,
Cleimet sa culpe, si priet Deu mercit:
«Veire Patene, ki unkes ne mentis,
Seint Lazaron de mort resurrexis,
E Daniel des leons guaresis,
Guaris de mei l’anme de tuz perilz
Pur les pecchez que en ma vie fis!»
Sun destre guant a Deu en puroffrit;
Seint Gabriel de sa main l’ad pris.
Desur sun braz teneit le chef enclin;
Juntes ses mains est alet a sa fin.
Deus tramist sun angle Cherubin,
E seint Michel del Peril;
Ensembl’od els sent Gabriel i vint.
L’anme del cunte portent en pareďs.

La vie de Saint Alexis

XLIII.     Ist de la nef e vait edrant a Rome :
Vait par les rues dont il ja bien fut cointes,
Altre puis altre, mais son pedre i encontret,
Ensemble ot lui grant masse de ses omes ;
Sil reconut, par son dreit nom le nomet :

XLIV.     « Eufemiiens, bels sire, riches om,
Quer me heberge por Deu en ta maison :
Soz ton degret me fai un ’’grabatum’’
Empor ton fil dont tu as tel dolor.
Tot soi enfers, sim pais por soe amor. »

XLV.     Quant ot li pedre la clamor de son fil,
Plorent si ueil, ne s’en puet astenir :
« Por amor Deu e por mon chier ami
Tot te donrai, bons om, quant que m’as quis,
Lit et ostel e pain e charn e vin. »

XLVI.     « E ! Deus », dist il, « quer ousse un serjant
Quil me guardast ! Jo l’en fereie franc. »
Un en i out qui sempres vint avant :
« Es me », dist il, « quil guart par ton comant :
Por toe amor en soferrai l’ahan. »

//

//

//